Panne d’électricité : comment se préparer, comment réagir ?

La télévision, les jeux vidéo, le frigidaire, le four, l’eau chaude… L’électricité est devenue indispensable au XXIe siècle mais des coupures peuvent survenir en cas de panne ou lors de circonstances exceptionnelles. Il peut vous arriver, par exemple, de rentrer de vacances, de vous trouver face à un ascenseur en panne, d’être obligé de monter les huit étages à pied et de trouver un écran noir à la place du programme favori. Tout cela pour une panne d’électricité, à cause d’un orage alors que vous étiez absent…

COMMENT RÉAGIR FACE A UNE PANNE D’ÉLECTRICITÉ IMPROMPTUE

La panne électrique peut être de très courte durée. Elle peut survenir lors de branchements simultanés d’appareils quand la puissance n’est pas suffisante. Dans ce cas, le premier geste à faire est de réarmer le disjoncteur pour que la lumière fuse. Pour cela, il faut, bien sûr, en priorité, savoir où se trouve son compteur électrique, ainsi que le disjoncteur.

Un soir soir, alors que la lumière se diffuse dans la maison, que la télévision fonctionne, que le repas cuit doucement… D’un coup, tout s’arrête. C’est le noir complet pendant quelques heures… Pas de panique, les bougies sont là, il suffit de trouver les allumettes pour les allumer. Le feu éteint, il est rallumé avec de simples allumettes… La table est mise, les bougies éclairent les visages, c’est un repas convivial qui démarre à la lueur d’une flamme. Ce n’est plus la télévision qui parle mais c’est un échange direct.

Un jour, il neige sans interruption… Plus d’électricité. Jusqu’à ce qu’à la nuit tombe, la décision est prise de laisser les volets ouverts afin de faire pénétrer la lumière. A la nuit, les bougies sont éclairées. La soirée est douce mais la maison est froide. La seule solution est de suivre le rythme du soleil, se coucher tôt et se lever tôt.

SANS ÉLECTRICITÉ PENDANT UNE SEMAINE

Lors d’un emménagement, le mise en électricité d’une maison prend une semaine. Il suffit de s’organiser pour vivre sans courant.

1. Être prêt en ayant chez soi les outils de base

des allumettes (en très très grandes quantité, cf. notre article sur le témoignage d’un survivaliste) et briquets (ou Zippo avec essence) pour allumer le feu

des bougies « chandelles », et des bougies chauffe-plat (idem, en cas de problèmes les bougies s’échangent très cher !)

une lampe-torche (ou une frontale). L’idéal étant d’en avoir une à pile, avec des piles rechargeables. Ainsi, vous pouvez rechargez vos piles à l’aide d’un chargeur solaire s’il vous en avez la possibilité, mais vous pouvez quand même mettre des piles au cas où vous n’ayez pas accès à une moyen de recharger. Dans ce cas il faut acheter des réserves de piles

une lampe-tempête qui fonctionne à l’huile ou au pétrole. N’oubliez pas de vous procurer du combustible 

Avoir un Générateur de secours est un luxe absolu. l’investissement est un peu cher, mais si vous avez à l’utiliser un jour vous bénirez votre choix de l’avoir acheté ! (Allez lire notre article à ce sujet)

2. Manger différemment et acheter des produits qui ne nécessitent pas de rester au frigidaire (fromages, lait, yaourts…) et au congélateur (glaces, plats surgelés…). Acheter peu mais plus souvent. Avoir des réserves (conserves, produits non périssables, etc.)

3. En été, chauffer la baignoire du bébé, l’eau pour la toilette, etc. au soleil

4. En hiver, privilégier les vêtements très chauds.

5. Laver à la main. Si vous habitez dans un village au bord d’une rivière, le lavoir est idéal pour un rinçage rapide. Bien tirer le linge lors de l’étendage.

6. Faire bouillir de l’eau chaude pour la vaisselle qui est lavée manuellement et la toilette.

VIVRE AUTREMENT SANS ÉLECTRICITÉ PENDANT PLUS D’UNE SEMAINE

Que ce soit pendant une semaine ou plus, vivre sans électricité de force ou par choix modifie entièrement le mode de vie d’une famille.

Tout d’abord voyons le bon côté : sans frigidaire, congélateur, ordinateur, lave-linge ni lave-vaisselle, il ne reste que les mains pour faire le travail. Le temps passé à regarder la télévision est occupé autrement. Les loisirs sont différents. Ils ne sont plus individuels dans une bulle où l’auditeur est inaccessible mais collectifs. Les jeux vidéos sont remplacés par des sorties découvertes avec les enfants, ou des jeux de société quand il fait mauvais. La lecture d’un bon bouquin peut largement remplacer une émission.

La cuisine est simple,concoctée en toutes petites quantités. S’il en reste, il y a toujours la possibilité de mettre le repas en bocal et de le stériliser. Cuisiner soi-même est la certitude de manger naturel et de savoir ce qu’on mange. A portée de main, ayez toujours votre petit réchaud à gaz.

Acquérir un chargeur solaire (voir notre article) pour le portable, recharger les piles, éventuellement un GPS, etc. voire un générateur solaire, plus coûteux mais beaucoup plus puissant !

Si la situation perdure, il vous faut trouver des solutions durables:

Que vous soyez locataire ou propriétaire, la maison doit être isolée de l’extérieur sur les façades et de l’intérieur par les combles (pose de laine de verre). Les fenêtres doivent être à double vitrage et les volets isolants. En cas de construction neuve, il est préférable d’orienter sa maison vers le sud pour profiter de la chaleur naturelle et penser à construire un puits canadien : l’inertie de la terre est utilisée l’été pour rafraîchir l’air et maintenir un air chaud en hiver. Chasser le moindre courant d’air est primordial. Si le montant de la facture vous rebute ou rebute votre propriétaire, sachez que vous pouvez avoir droit à des aides financières et un crédit d’impôt.

Pour la production d’électricité et la maîtrise de l’énergie naturelle du soleil, des aides existent également pour l’installation du photovoltaïque et des éoliennes.

En cas de construction neuve, il est nécessaire d’acheter du matériel adapté. De nos jours, les lavabos et les éviers sont si petits qu’il est difficile de laver son linge ou sa vaisselle. Ils servent uniquement à se laver les mains, ils sont adaptés à la vie moderne et à l’utilisation du lave-vaisselle et du lave-linge. Lors de l’achat de l’évier, préférez donc un évier à deux bacs, beaucoup plus vaste et plus pratique.

Il faut absolument penser à un chauffage secondaire, non électrique. Le poêle à bois -ou à pellets- est l’idéal mais bien sûr, il faut toujours une réserve de bois chez soi. Si vous êtes en campagne, lors de vos promenades, pensez à récupérer le bois mort.

Le choix d’une cuisinière doit se porter sur une cuisinière mixte (électricité/gaz) ou éventuellement à gaz uniquement.

Dans les années 70, dans certains villages, alors que la télévision n’était pas dans tous les foyers, les paysans se réunissaient le soir autour de la seule télévision du village. Maintenant, c’est le contraire. Chacun chez soi et chacun sa télévision. L’expérience sans électricité est bénéfique. Se passer de certaines facilités électriques permet de dégager du temps pour soi et pour les autres. Partage, fraternité, solidarité sont redécouverts. Un repas à la bougie, c’est le retour de la liberté, des relations humaines, des vraies valeurs loin de la pollution visuelle et sonore qui créent une addition dont on réalise qu’elle n’est pas nécessaire quand elle n’est plus là…

Aussi, il peut être bien de s’habituer petit à petit à vivre avec moins d’électricité…

Vous devez être connecté pour poster un commentaire